Le site du Parti socialiste utilise des cookies pour améliorer la navigation. L’utilisation de ce site confirme que vous acceptez les cookies.
Privatisation des entreprises publiques – Pour le PS c’est NON !

ACTUALITé

Toutes les actualités

Privatisation des entreprises publiques – Pour le PS c’est NON !

Ce matin, la presse relatait les propos du Vice-Premier ministre Kris Peeters qui déclarait : « il est clair qu’un des moyens [pour réduire la dette] est la privatisation des entreprises publiques ». Il cite notamment Belfius, bpost et Proximus !  Il ajoute : « Privatiser les entreprises publiques est inéluctable ».

Le PS s’oppose à ces privatisations. Aucun argument économique ne les justifie. Privatiser serait préjudiciable aux travailleurs des entreprises publiques et une mauvaise affaire pour les consommateurs. 

À l’heure où les taux d’intérêt sur notre dette sont très bas (le taux d’intérêt sur la dette belge est inférieur à 1%), c’est une erreur budgétaire de priver l’Etat des dividendes de ces entreprises publiques.

En effet, ce que l’Etat belge économiserait sur les intérêts de sa dette serait bien inférieur à ce qu’il perdrait en dividendes.
Ce serait de plus une décision purement idéologique.

Pour enrichir les actionnaires privés, le gouvernement fédéral mettrait à mal :
  • Les consommateurs qui payeront davantage pour les biens et services offerts par ces entreprises, en particulier pour les services publics assurés par ces entreprises ;
  • Les travailleurs de ces entreprises qui verront la qualité de leur emploi se détériorer et le risque de perdre leur emploi augmenter ;
  • Les contribuables qui devront combler le nouveau trou budgétaire dans les finances publiques (les intérêts économisés sur la dette ne compensent pas la perte de dividendes).

Comme le propose le PS dans le « Chantier des idées », « le secteur public devrait détenir davantage de capital dans les entreprises. Le secteur public recevrait ainsi une part des dividendes qu’il pourrait utiliser [dans ses politiques] pour mieux réduire les inégalités ».

À la question « à qui appartiennent les entreprises ? », la réponse serait dès lors « en partie à tous les citoyens » et « non aux seuls plus fortunés ».

ACTUALITéS Liées

  • Fédéral

    Anvers rappelle à l'ordre Charles Michel !

  • Fédéral

    Si ce n'était que 200 millions d’euros à trouve...

  • Fédéral

    Toujours plus pour quelques privilégiés, toujou...