Le site du Parti socialiste utilise des cookies pour améliorer la navigation. L’utilisation de ce site confirme que vous acceptez les cookies.
Livre - Au delà des frontières - Jean-Marc Delizée

ACTUALITé

Toutes les actualités

Livre - Au delà des frontières - Jean-Marc Delizée

Secrétaire d’ Etat à la Lutte contre la pauvreté (2008-2009), puis aux Affaires sociales, chargé des Personnes handicapées (2099-2011), Jean-Marc Delizée est aujourd’hui député. Dans ce livre, il revient sur son parcours de vie. Entre engagement et solidarité, il exprime sa foi dans le dialogue et la compréhension de l’autre, le Flamand, la personne pauvre ou handicapée. Il n’a de cesse de créer des ponts et d’aller voir de l’autre côté des frontières ce qui s’y passe, ce qui s’y vit. Le livre est préfacé par Herman Van Rompuy et conclu par Guido Fonteyn. Tous deux ont relevé et apprécié son plaidoyer pour la tolérance, la compréhension et le respect de l'autre.

Secrétaire d’ Etat à la Lutte contre la pauvreté (2008-2009), puis aux Affaires sociales, chargé des Personnes handicapées (2099-2011), Jean-Marc Delizée est aujourd’hui député. Dans ce livre, il revient sur son parcours de vie. Entre engagement et solidarité, il exprime sa foi dans le dialogue et la compréhension de l’autre, le Flamand, la personne pauvre ou handicapée. Il n’a de cesse de créer des ponts et d’aller voir de l’autre côté des frontières ce qui s’y passe, ce qui s’y vit. Le livre est préfacé par Herman Van Rompuy et conclu par Guido Fonteyn. Tous deux ont relevé et apprécié son plaidoyer pour la tolérance, la compréhension et le respect de l'autre.
 
 
 « J'ai écrit ce livre pour rassembler les gens. Mon objectif était d'interpeller et d'éveiller les consciences. Il participe au débat démocratique au-delà de nos différences, en dépassant des préjugés et des frontières ».
 
Jean-Marc Delizée
 
 
Jean-Marc Delizée, pourquoi avoir pris la plume ? 
L’idée est née au début de l’année dernière et a fait son chemin petit à petit. Nous avons connu une interminable période de formation d’un Gouvernement. Durant cette période, j’ai été choqué par les déclarations de leaders nationalistes flamands. J’étais irrité par le discours de la N-V A sur l’évaporation de la Belgique et l’aspiration au divorce sur base d’arguments tels que «  Il n’y a plus de liens entre les Belges », «  nous ne nous connaissons plus, nous n’avons plus rien à nous dire, autant se séparer … ». Or, mes rencontres de terrain, principalement en Flandre dans la société civile, me disaient tout autre chose. J’ai rencontré beaucoup de citoyens flamands solidaires, engagés et en dialogue permanent avec leurs amis francophones. Elles m’ont donné l’envie d’adresser un message à l'ensemble de nos concitoyens,  francophones et flamands. C'est une façon pour moi d'affirmer, haut et fort, qu'il existe une Flandre généreuse et solidaire.
 
C’est aussi une façon de parler de votre propre parcours ?
Oui, en effet. J’avais aussi envie de raconter mon parcours politique, quelque peu atypique. Je l’ai fait à travers trois sujets : le communautaire, la lutte contre la pauvreté et les droits des personnes handicapées.
 
Quel est le lien entre ces trois thèmes ?
 
Dans ces trois domaines, mon credo est identique : nous devons tous faire un effort sur nous-mêmes pour dépasser une vision des autres fondée sur des clichés, des caricatures, des stéréotypes et des préjugés. C’est une condition indispensable pour établir un vrai dialogue.
 
Votre livre s'intitule "Au-delà des frontières". De quelles frontières parlez-vous ? 
De nos propres frontières. Comme le pont relie les gens sur les deux rives d’un fleuve, nous devons dépasser nos frontières psychologiques. Une frontière est une barrière. Cette démarche du dépassement consiste d’abord à essayer de mieux connaître l’autre. Pour mieux le comprendre et trouver des solutions ensemble.
 
Derrière le SDF, regardons l’homme ou la femme, essayons de comprendre son passé, ses difficultés. Regardons la personne handicapée comme un sujet de droits, comme un citoyen à part entière. Et ne diabolisons pas nos partenaires flamands.  Ici aussi, évitons les stéréotypes. La Flandre est diverse et non monolithique. 
 

ACTUALITéS Liées