Le site du Parti socialiste utilise des cookies pour améliorer la navigation. L’utilisation de ce site confirme que vous acceptez les cookies.
Le gouvernement MR N-VA frappe à nouveau au portefeuille : il va alourdir encore la facture de gaz et d’électricité des PME et des citoyens

ACTUALITé

Toutes les actualités

Le gouvernement MR N-VA frappe à nouveau au portefeuille : il va alourdir encore la facture de gaz et d’électricité des PME et des citoyens

Le gouvernement d'Elio Di Rupo avait décidé de préserver le pouvoir d’achat des citoyens et la compétitivité de nos entreprises par un « filet de sécurité pour le gaz et l’électricité ». C'est ainsi que les fournisseurs de gaz et d’électricité ne peuvent indexer le prix de l’énergie que quatre fois par an (contre douze fois par an précédemment). Le régulateur fédéral, la CREG, vérifie que les fournisseurs utilisent les bons paramètres d’indexation afin d'éviter les hausses de prix injustifiées.

Le mécanisme fut créé pour empêcher que les prix de l’énergie ne dépassent la moyenne des prix des pays voisins, tant pour les particuliers que pour les PME.

Le gouvernement de Charles Michel a décidé de supprimer "le filet de sécurité dans le secteur du gaz et de l’électricité" à partir du 1er janvier 2018. Pour le PS, il est pourtant indispensable de le préserver.
 
Elio Di Rupo insiste sur le fait que "le filet de sécurité" a permis de rapprocher les prix belges de la moyenne des pays voisins. Entre 2013 et 2016, le coût de la composante « énergie » a ainsi diminué de 25% pour les ménages et de 21% pour les PME (pour l’électricité). Pour le gaz, la composante « énergie » a diminué de 32% pour les ménages et de 33% pour les PME.  Le « filet de sécurité » n’a pas provoqué de dysfonctionnements sur le marché de l’électricité et du gaz.
 
La disparition du « filet de sécurité » risque d’avoir un effet à la hausse sur les prix, alors que le gouvernement MR-NVA a déjà augmenté la TVA de 6 à 21% sur l’électricité. La fin de cette mesure permettra aussi aux fournisseurs d’utiliser à nouveau les critères d’indexation qu’ils veulent. Les prix seront moins transparents et le consommateur sera la première victime du manque d’information.

Elio Di Rupo conclut : « Le gouvernement de Charles Michel prouve une nouvelle fois qu’il est totalement détaché des réalités quotidiennes des citoyens. »

ACTUALITéS Liées

  • Fédéral

    Anvers rappelle à l'ordre Charles Michel !

  • Fédéral

    Si ce n'était que 200 millions d’euros à trouve...

  • Fédéral

    Privatisation des entreprises publiques – Pour ...